Guide pratique du chineur en vide greniers

Passionnés de vides greniers, voici quelques astuces personnelles pour faire de bonneimg_2921s affaires.

Si vous n’êtes pas un lève tôt, 2 options : changer vos habitudes ou oublier les meilleures affaires.

Les meilleures affaires se font au déballage car il y a toujours une foultitude de chineurs, toujours prêts à en découdre pour être le premier arrivé, premier servi.

Selon les objets recherchés, il vous faudra : du carburant dans votre véhicule, 1 lampe de poche, 1 mètre, 1 loupe, 1 balance de précision, des sacs (indispensables pour éviter le désormais célèbre « désolé je n’ai pas de sac » ), 1 caddie à roulette. Le plus simple est de toujours les laisser dans un coin de votre véhicule pour éviter les oublis. Le GPS n’est pas obligatoire mais je vous le conseille fortement, bon nombre de vide greniers ont la fâcheuse habitude de ne pas indiquer clairement (fléchage visible) le lieu de la manifestation.

Et le principal : de l’argent. Je vous conseille de vous munir de petite monnaie (pièces et petits billets) à la hauteur de vos prétentions de chineur. Sortir un joli billet de 50 euros au petit jour est un des rare moment où l’on peut se voir s’écraser sur l’inévitable « mais je n’ai pas la monnaie ». Faciliter la vie des vendeurs, être agréable et aimable avec eux est un très bon moyen de négociation.

L’incontournable négociation :

Négocier est vécu par les vendeurs de différentes façons.

Les habitués, ils ont parfaitement compris le système et montent artificiellement leurs prix pour les descendre ensuite au niveau de leur attendu. C’est ce que j’appelle la « fausse » négociation car il n’y a pas eu en réalité de baisse de prix.

Les ferme et définitif : égarés sur les vides greniers ; avec eux inutile de négocier quoi que ce soit. Vous le comprendrez vite, inutile d’insister.

Les ouverts à la négociation : souvent ce sont des personnes agréables, ouvertes au dialogue et qui entendent les arguments du chineur ou les offres, et qui ne se sentent pas agressées. Généralement ce sont des personnes souriantes et polies.

Vous l’aurez compris la négociation demande un peu de psychologie. Un fois l’objet convoité trouvé, il faut aussi regarder le vendeur et cerner un peu sa personnalité sans pour autant tomber dans le « Profiler ».  La vraie négociation mène à la satisfaction mutuelle : celle du vendeur qui img_2923voulait vraiment se séparer de l’objet et celle de l’acheteur qui a eu un plus ou moins bon rabais.

 Mon point de vue sur les Iphones et la consultation directe sur internet : Eviter la prise de risque c’est éviter le désir et donc la vie. Je pense que l’on apprend de ses erreurs et qu’en évitant tout risque on évite aussi l’émotion, les vibrations, l’imaginaire etc etc. Je pense que c’est l’outil adapté pour le marchand à la petite semaine qui veut faire « un bon coup » pour compléter son salaire d’ouvrier au patron mal léché. La vie aseptisée est une vie terne et sans âme. Faire le choix de se passer de son Iphone c’est faire le choix de risquer, c’est faire le choix de rêver, c’est faire le choix de se tromper, c’est faire le choix d’apprendre…

Le choix de son vide grenier : Ici encore il est question d’une certaine prise de risque. En effet, il n’est pas très agréable de revenir bredouille et cela dépend évidemment du vide grenier choisi. Vous trouverez facilement sur internet les lieux et dates. Mon conseil personnel est d’éviter la facilité. Le vide grenier, le plus proche ou le plus fourni en exposants n’est peut être pas celui qui sera le plus heureux pour vous. Il me semble qu’encore une fois il faut privilégier la vie, c’est à dire la rencontre, les discussions avec les vendeurs et les autres chineurs qui ont une bonne expérience et qui sont aussi souvent de très bons conseils.

Mais il existe aussi d’autres terrains de bonnes affaires comme chez Loccaz où les prix sont très attractifs et restent dans le raisonnable comparativement à certaines boutiques en ligne, dépôts-ventes ou brocanteurs.
img_2920

img_2922
img_2924img_2925img_2926

Les insolites

Les années dans les allées des brocantes, marchés aux puces et autres vides-greniers ne suffiront jamais à faire le tour de la curiosa, de l’insolite, de l’objet mystère, oublié, bizarre, mystérieux… Quelques OINI (objet insolite non identifié) la passion des fous. Des fous de recherches, de compréhension. Des fous d’histoire, de laimg_2841ngage. Des fous qui disent : « écoutes l’objet ! Il te parle, il raconte son histoire, il raconte des histoires ». L’objet conteur ou l’objet compteur du temps qui s’écoule dans le sablier de Chronos. « Montre ! » Oui mais n’oubliez pas que l’insolite ça parle ne pas à tout le monde, ça dit rien ou ça en dit trop, ça laisse froid ou ça éveille la curiosité. Un tout frais débusqué ce week-end faites vos jeux.